Vient de paraître : Faux et usage de faux en histoire par le Dr Bernard Plouvier.

Publié le 18 Novembre 2012

« Les politiciens se méfient de l’Histoire : ils en ont pratiquement fait disparaître l’enseignement dans les classes du secondaire »

Entretien avec le Dr Bernard Plouvier, auteur de Faux et usage de faux en histoire (éditions de Dualpha) (propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

À quoi peut bien servir l’histoire telle qu’on la raconte ?

De mauvais plaisants (et même quelques bons historiens, comme on peut le lire dans cet ouvrage) estiment qu’elle ne sert à rien ! Ce n’est toutefois pas aussi évident. Sinon, nos merveilleux politiciens ne s’en méfieraient pas tant, eux qui en ont pratiquement fait disparaître l’enseignement dans les classes du secondaire (où l’on n’évoque plus guère que les civilisations exotiques, comme si l’Europe était née en 1960, par le traité unissant ses économies nationales).

Il faut croire que la narration historique n’est pas seulement un plaisir d’esthète ou une activité de savant, mais qu’elle a aussi une certaine importance sociale, puisque de nos jours des parlementaires édictent des lois pour en réglementer l’écriture et que des juges ont à statuer sur le cas des contrevenants, ces chercheurs atypiques qui osent réviser les dogmes communément admis.

Donc la narration officielle est véridique !

Que non pas. Bien au contraire, la question mérite d’être posée : l’écriture historique estampillée d’État, c’est-à-dire celle de nos merveilleux savants universitaires, de nos brillants académiciens et de nos sémillants écrivains mondains est-elle digne de foi ? Dans ce livre, on ose prétendre le contraire. Et ce n’est pas pour rien que l’illustration retenue pour la couverture de cet ouvrage est faite de marottes pour bouffons de cour !

Quels sont les sujets que vous abordez et dans quel but ?

Dans une première partie, on tente de démonter une quinzaine de fables bâties pour édifier le bon peuple, de Ramsès II à Lénine, de Galilée à Einstein, de Constantin Ier à Paul Reynaud et Charles De Gaulle.

Il est évident que l’écriture de l’histoire contemporaine n’est trop souvent que de la propagande. C’est ce que l’on a tenté de démontrer en épurant l’histoire d’Adolf Hitler des légendes et des mensonges les plus grotesques et cela forme la deuxième partie du livre.

Dans une troisième partie, l’on a abordé le lieu symbolique du «Devoir de mémoire», Auschwitz et son complexe concentrationnaire, en essayant d’en ôter les scories qui ont donné naissance au négationnisme, puis l’ont nourri.

En guise de conclusion, l’on propose quelques aphorismes d’auteurs antiques, modernes et contemporains portant sur la narration historique, de façon à prouver que ce n’est pas d’aujourd’hui que l’on doute du bien-fondé de la narration communément admise, des Vulgates officielles !

La notion de vérité historique est, par essence, un idéal inaccessible. Cela ne signifie pas qu’il faille renoncer à s’en rapprocher et moins encore qu’on ait licence de la violer délibérément.

Car l’histoire a un intérêt certain. Étant le reflet des grandes réalisations aussi bien que des erreurs de nos ancêtres, elle doit servir d’exemples à imiter et de repoussoirs dont il faut éviter la reproduction. Après tout, elle participe à la sagesse des nations, faisant partie de leur culture propre… de ce fait, on reconnaît volontiers qu’elle ne peut guère être aimée des tenants du grand village mondial !

Faux et usage de faux en histoire, Dr Bernard Plouvier, éditions Dualpha, collection « Vérités pour l’Histoire», à nouveau siècle, nouveaux enjeux, dirigée par Philippe Randa, 386 pages, 35 euros

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Du côté des médias

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article