Rien ne va plus: Sarkozy aussi envisage de partir à Londres pour échapper à la taxation des riches en France.

Publié le 24 Janvier 2013

Le Daily Mail affirme que l’ex-président français Nicolas Sarkozy serait en train de préparer son départ pour Londres pour y préparer la constitution d’un fonds d’investissement de plus d’un milliard de livres sterling (environ 1,20 milliard d’euros). 


   Il pourrait donc rejoindre le groupe des Français fortunés qui ont quitté la France pour échapper à la nouvelle taxation de 75% des super-riches introduite par le gouvernement de son successeur au pouvoir, François Hollande, et qui a été rejetée par le conseil constitutionnel, mais dont le gouvernement français a affirmé qu’il en préparait une nouvelle mouture. 
Selon le Daily Mail, il pourrait s’installer avec son épouse, l’ancien top model Carla Bruni, dans un quartier chic tel que celui de South Kensington, où se rassemblent les membres de la jet set internationale.
En France, l’ex-président fait l’objet d’une enquête pour corruption et il a été placé sous le statut de témoin assisté dans l’affaire Bettencourt, dans laquelle on l’accuse de s’être fait remettre illégalement des fonds par l’héritière du groupe L’Oréal, Liliane Bettencourt, pour financer sa campagne électorale de 2007.
Il fait également l’objet de diverses autres enquêtes, dont une  enquête concernant le versement de commissions en marge de la livraison d’armes au Pakistan alors qu'il était ministre du Budget en 1994, dite « affaire Karachi ».
C’est le site d’investigation Médiapart qui a rapporté que ce sont les ordinateurs saisis lors d’un raid de la brigade financière au domicile de Sarkozy au mois de juin dernier qui ont révélé le premier jet de ce projet de fonds d’investissement, qui aurait été conçu avec l’aide d’Alain Minc, un économiste et conseiller politique qui est proche de l’ex-président. 
Mediapart indique qu’un tel exil pour Londres serait de nature à créer un conflit d’intérêt, d’abord parce que Sarkozy fait l’objet de plusieurs enquêtes et qu’il pourrait être mis en examen, mais aussi parce qu’en tant qu’ex-président français, il ne devrait pas choisir le Royaume Uni comme base pour faire fortune. 
Mediapart précise en outre que son départ de France signerait la fin de sa carrière politique.
Les collaborateurs de l’ex-chef d’Etat ont démenti les allégations de Médiapart, l’un d’entre eux affirmant même qu’il s’agissait de « constructions intellectuelles ». 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Point de vue

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article