Les Frères musulmans et Al-Nour ont raflé plus de deux tiers des sièges de députés, selon les résultats officiels publiés samedi.

Publié le 22 Janvier 2012

    • Les islamistes remportent les législatives en Égypte

      Le secrétaire général des Frères musulmans Saad al-Katatni présidera l'Assemblée du peuple
      Le secrétaire général des Frères musulmans Saad al-Katatni présidera l'Assemblée du peupleCrédits photo : Mohammed Abu Zaid/AP

    Leur victoire est écrasante. Les islamistes égyptiens ont remporté plus de deux tiers des sièges de députés, dont près de la moitié pour les seuls Frères musulmans, selon les résultats officiels de la première élection depuis la chute du président Hosni Moubarak, diffusés samedi.

    Le parti de la liberté et de la justice (PLJ), issu des Frères musulmans, obtient 235 sièges sur les 498 en lice, soit 47% environ, lors de ce scrutin qui s'est tenu en plusieurs phases depuis le 28 novembre. Le parti fondamentaliste salafiste Al-Nour arrive en deuxième position, avec 121 sièges (environ 24%). Le parti libéral Wafd a eu quelque 9% des sièges. Le Bloc égyptien, coalition de partis libéraux laïcs, obtient 7% des députés dans cette élection considérée comme la plus ouverte depuis le renversement de la monarchie en 1952. Dix sièges de députés supplémentaires, non-élus, doivent encore être pourvus par le chef du Conseil militaire qui dirige le pays, le maréchal Hussein Tantaoui.

    Le PLJ a déjà fait savoir qu'il avait choisi son secrétaire général, Saad al-Katatni, pour présider l'Assemblée du peuple (chambre des députés), au terme d'un accord avec d'autres partis. La première session doit se tenir lundi en présence du maréchal Tantaoui. L'élection des sénateurs doit pour sa part débuter le 29 janvier pour s'achever fin février.

    Une nouvelle constitution

    Le futur Parlement sera chargé de désigner une commission qui rédigera une nouvelle Constitution. Une élection présidentielle est prévue avant la fin juin, avec l'ouverture du dépôt des candidatures le 15 avril. L'armée s'est engagée à remettre le pouvoir aux civils une fois qu'un président aura été élu.

    Les Frères musulmans ont multiplié les déclarations ces dernières semaines pour se présenter comme une formation responsable, prête à participer au pouvoir. Ils ont notamment tenu à se démarquer des fondamentalistes salafistes, dont la percée électorale constitue la grande surprise du scrutin, et fait des propositions d'alliance avec des partis laïcs.

    Les dirigeants des Frères musulmans et du PLJ ont notamment cherché à rassurer sur le terrain de l'économie, alors que le pays traverse une grave crise, et se sont employés à donner des gages à la communauté chrétienne copte, qui représente entre 6 et 10% de la population. Sur le plan diplomatique, le PLJ a reçu la semaine dernière la visite inédite du «numéro deux» de la diplomatie américaine, le secrétaire d'Etat adjoint William Burns.

    Fondée en 1928, très influente grâce à ses réseaux d'aide sociale, la confrérie était confinée dans une semi-clandestinité du temps de Moubarak. Son guide, Mohamed Badie, s'est dissocié des appels à manifester contre le pouvoir militaire à l'occasion du premier anniversaire, mercredi, du début de la révolte contre Hosni Moubarak. Il a notamment rejeté samedi les appels à une «deuxième révolution», et a plaidé pour qu'il ne «soit pas porté atteinte au prestige de l'armée». Il a toutefois laissé entendre que la future assemblée dominée par le PLJ pourrait être ferme face à des demandes de l'armée de préserver certains privilèges de l'institution militaire. Il a notamment estimé que le budget de l'armée, jusqu'à présent exempt d'examen par les députés, pourrait être soumis à une commission parlementaire. Il a aussi souligné que les membres des forces armées n'étaient pas au dessus des lois ordinaires.

    LIRE AUSSI:

    » Au Caire, les coptes craignent la mainmise des «Frères»

    » Egypte: la lame de fond islamiste

    » Égypte: le défi salafiste

    » Comprendre les élections en Égypte 

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

island girl 24/01/2012 16:27


L'egypte va vivre des jours noirs...sans touristes ,le pays va connaitre la vraie misère .

rosalie 23/01/2012 18:30


Mais que les touristes n'y mettent pas les pieds, ce serait le seul moyen de les faire plier puisque leur économie repose en partie sur le tourisme. Allez donc imposer à tous ceux qui se foutent
de ce qui va se passer de ne pas aller en Egypte ou ailleurs dans ces pays qui rétrogradent??? Ils iront quand même et advienne que pourra. Quant on constate qu'aux Maldives les musulmans
interdisent les Spas, les massages dans les hotels de luxe et que les touristes continuent à s'y rendre...comment lutter contre les imbéciles qui font passer leur bien être et leurs vacances
avant la défense de la planète (au sens religieux du terme)??

isabelle 22/01/2012 23:10


Qu'ils se débrouillent. Ils l'ont voulu, ils l'ont eu.


Voilà encore un pays qui va sombrer dans la grande glaciation islamique avec son cortège d'interdictions qui auront, de surcroît, comme conséquence de faire fuir les touristes.

DUPEUDECAS 22/01/2012 21:54


Du printemps 2011 nous voici en hiver 732.