L’EUROPE SE PREPARE A SON AVENIR MUSULMAN par Jean-Claude Jézéquel

Publié le 20 Octobre 2011

Un article déniché par Danielle Moulins qui date un tout petit peu mais qui reste très fortement d'actualité à savoir: L'avenir de l'Europe musulmane!

Nous voyons se construire sous nos yeux une société qui n'est pas la nôtre à la manière des Celtes qui virent leurs "temples" et autres lieux de culte occupés peu à peu! A la différence notable,  que nous savons, par l'enseignement, ce que va nous apporter de fétide  et d'horrible, l'installation progressive d'un système totalitaire, inculte et dictatorial que contient fondamentalement cette "religion" de haine de l'autre, de la vie et des libertés !

L'Europe se prépare sans doute à revivre une longue nuit, car ceux qui aujourd'hui, permettent cela, ignorent sans doute que ce sont leurs enfants qui paieront la note finale: l'obscurantisme religieux!  La pire des choses! La négation de la science où les seuls savants autorisés seront islamiques! 

Cette trahison de nos élites est patente. Il reste sans doute l'espoir d'un sursaut salutaire avant que la France ne se déchire en territoires et espaces cultuels à la manière de la Serbie!  

Gérard Brazon

***********


Euroflash express septembre 2011
Jean-Claude Jézéquel
La Tribune libre
L’EUROPE SE PREPARE A SON AVENIR MUSULMAN
La crise, les crises de tous ordres, le feuilleton DSK, les affaires, innombrables, révélées ou réveillées par les déclarations des uns, les investigations des autres, ont fait oublier la marche forcée de l’Islam en Europe et les craintes légitimes qu’elles suscitent chez les Européens attachés à leur modèle, à leurs valeurs, à leur identité, à leur avenir. La folie criminelle d’un déséquilibré norvégien, que l’on a dit exaspéré dans son délire par l’inflation du phénomène d’islamisation dans son pays et par la passivité de ses concitoyens, a proscrit pour un moment tout propos mettant en cause les effets de la propagation de l’Islam en Europe. Au contraire même, l’Europe, en premier lieu la France, qui a pris l’initiative de participer à une guerre civile en terre d’Islam et de porter un nouveau régime en Libye qui a déjà annoncé que la loi à venir du pays sera celle de la Charia, s’accommode gentiment du phénomène. Il est d’ailleurs intéressant de voir que depuis quelques années, les pays européens évitent de dresser des statistiques qui attesteraient de celui-ci, qui inquiéteraient, donc. Aussi, pour ceux qui s’en soucient malgré tout, un tour d’horizon s’impose, tout en ne pouvant leur citer des chiffres récents, mais en relevant à cette occasion, signaux, faits et indices. Voyons d’abord, pour donner le ton, comment André Malraux, déjà, posait le problème de l’Islamisation :

« C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos concitoyens, cette montée de l’Islam est une logique comparable aux débuts du Communisme du temps de Lénine ». Il préjugeait des risques fondés par ce phénomène. C’était en 1956… Il ajoutait que « des formes variées de dictature musulmane vont s’établir successivement à tout le monde arabe », aussi que « l’Afrique noire ne restera pas longtemps insensible à ce phénomène », et que « le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le phénomène »… 

Commençons notre périple en France. Un premier signe récent : l’appel à participer à la fête de la fin du Ramadan, et, pour ce faire, à suivre une émission qui lui est consacrée, appel lancé par une chaine de télévision publique… Nous apprenons alors par un sondage concomitant qu’en France 88 % des musulmans suivent le Ramadan, mais nous n’en connaitrons pas le nombre ! Selon une étude de la démographe Michèle Tribalat, ils étaient 3, 5 millions en 2003, année de la création du « Conseil Français du Culte Musulman et Islam de France » suite à l’initiative du ministre de l’intérieur, devenu depuis Président. En mars 2007, on comptait 2.000 lieux de culte. En 2009, les chiffres se battaient : de 2, 5 millions à 6 millions de musulmans en France, c’est dire le sérieux des estimations ! La pression des « minorateurs » et des idéologues de tous poils, réfractaires au principe de réalité, a toujours poussé les estimations à la baisse, mais il ne serait pas étonnant qu’aujourd’hui la population musulmane recouvre huit millions de personnes en France, voire plus (beaucoup plus, peut-être), entre les anciens immigrés, leurs enfants, et les nouveaux immigrés, voire les conversions, même si celles-ci restent marginales, compte tenu de la densité globale de la population musulmane. Un signe a priori anodin résume le phénomène en France : « Il y a aujourd’hui quatre mosquées au Mans, mais elles ne suffisent déjà plus aux fidèles » peut-on lire dans sa presse locale*. Nous n’entrerons pas dans des considérations attenantes (mariages forcés, aliénation des libertés des femmes et autres contraintes qui devraient être sanctionnées lourdement, mais qui sont, de fait, tolérées comme étant irrésistibles et ancrées dans « la culture » des auteurs, et donc banalisées). Au Royaume-Uni, en 2008, l’incursion se donne des moyens. Ainsi, le prince saoudien Alwaleed bin Talal Abdulaziz al-Saud, membre influent de la famille royale (et dont la fortune est estimée à plus de 12 Mds d’euros), a financé avec un don de 20 millions d’euros, via sa fondation « Kingdom Foundation », un grand centre de communication sur l’Islam. Ce centre occupe 20 personnes à plein temps. En 2009, selon des sondages, 44 % des musulmans britanniques n’accepteraient pas l’intégration. En Suède, alors qu’en 1930, on ne dénombrait que 15 musulmans, on estime aujourd’hui que 150.000 musulmans sur 306.000 pratiquent leur religion avec zèle. Mais ils seraient bien davantage. Aujourd’hui, le pays se soucie des effets du Ramadan sur la santé de ses nouveaux Suédois. En effet, en 2015, le Ramadan qui suit le calendrier lunaire sera au rendez-vous du solstice d’été quand les journées sont les plus longues et les plus chaudes (il peut faire 30° C). Passons en Irlande. La population musulmane y est importante. La communauté musulmane (40.000 personnes d’origines diverses) représente 10 % des immigrés venus dans le contexte du boom économique qui prit fin en 2007. Un centre islamique à Dublin : un immeuble de 4 étages au 7, Harrigton Street, financé par le roi d’Arabie Saoudite, avec la contribution du Koweït. Une grande mosquée avec une grande librairie et une école musulmane privée. La Norvège. Pas de chiffres actualisés. En 2005, de 120 .000 à 150.000 musulmans, Pakistanais, Irakiens, Somaliens, Bosniaques, Kosovars, Marocains. Un « Islamic Cultural Center » à Oslo depuis 1974 - année ou l’Europe a agréé une immigration sans lien avec le travail et encouragé les regroupements familiaux -. Une criminalité en lien direct avec ces communautés musulmanes. 100 % des viols commis à Oslo en 2007, 2008 et 2009 ont été perpétrés par des Kurdes et des Africains, dont des réfugiés Somaliens, nombreux dans le pays. Hanne Kristin Rohde, directrice de la police criminelle d’Oslo, a put déclarer à ce propos : « Les coupables sont des hommes étrangers, relativement jeunes. Ils ont demandé l’asile en venant de pays en guerre ou de pays où on a un regard autre sur les femmes que celui qui prévaut en Norvège ». Les viols sont perpétrés avec violence. Cette violence parait être pour les auteurs se justifier comme étant la punition due à une femme impudique. 90 % des victimes sont des norvégiennes de souche. En Allemagne, où l’on estimait en 2009 à 4,3 millions le nombre de musulmans, dont 2, 6 millions de turcs, et 800.000 le nombre d’immigré musulmans naturalisés, on notera l’inflation des conversions d’Allemands « de souche ». Là aussi pas d’estimations récentes. Aussi faut-il revenir aux chiffres donnés en septembre 2007 par Selim Abdullah, directeur de l’Institut central des archives de l’Islam en Allemagne. En 2006, on aurait compté 18.000 convertis à l’Islam dont 4.000 cette année là, contre 1.000 l’année précédente. Jusqu’en 2001, il y en avait de 250 à 300 par an. Les événements de 2001 ont curieusement « boosté » celles-ci. Aujourd’hui, des spécialistes pensent que l’on peut estimer à 100.000 le nombre de convertis. Selon Selim Abdullah, les femmes représentent 60 % de ceux-ci (mariages mixtes ?), 80 % étaient initialement chrétiens et 20 % sans confession. En Autriche aussi, pas de statistiques récentes. En 2001, les musulmans représentaient 4,22 % de la population, 8,36 % dans l’Ouest du pays, 7,82 % à Vienne. Depuis 1982, l’enseignement de l’islam est de fait à l’école publique, aujourd’hui celui-ci viserait 40.000 élèves du secondaire. Une enquête récente auprès des 400 enseignants de l’Islam révèle que 22 % d’entre eux sont hostiles à la démocratie. Enfin, l’Autriche forme des imams et des enseignants de l’Islam et la Constitution protège les Frères Musulmans (adeptes d’une secte prônant un Islam sans modération), qui ont dans le pays une présence massive et beaucoup de pouvoir. Le service militaire est obligatoire et les soldats de confession musulmane de plus en plus nombreux, un millier déjà, il y a deux ans. En Italie, le gouvernement italien a donné son aval au label « Hallal Italie » certifié par le « COREIS » (comité islamique de certification) italien qui vérifient que les secteurs labellisés, l’agro-alimentaire, la pharmacie et la cosmétique appliquent convenablement les commandements de l’Islam. Le ministre des Affaires Etrangères italien, Franco Frattini, cosignataire « du traité », béat, put faire part de ses connaissances à l’occasion en observant que le « segment » Hallal en Europe était en croissance de 15 % par an. En Espagne, 600 mosquées, le nombre de musulmans s’est multiplié par dix en dix ans. Le pays, libéré des maures depuis 1492, symboliquement visé par la reconquête musulmane, a accueilli une chaîne de télévision islamique (« Cordoue ») financée par l’Arabie Saoudite et les Emirats. Ses programmes : émissions sur les fondements de l’Islam, propagation de l’enseignement islamique, discours d’ulémas islamiques, lecture du « Saint-Coran » par d’imminents récitants… Les services secrets espagnols dénoncent l’attitude intrusive de six pays arabes en Espagne. Enfin, un parti musulman s’attaque aux urnes : l’Eurabia. Les Pays-Bas, longtemps cités en exemple pour leur tolérance, prennent acte de l’échec de leur politique d’intégration et réalisent aujourd’hui leur immense candeur. Quant à la Belgique, elle paraît aussi réaliser ses bévues et l’emprise du phénomène… La Libre Belgique, dans un numéro récent, citant une journaliste d’investigation qui s’est infiltrée dans les milieux islamiques radicaux (Hind Fraihi), déclare que la capitale de l’Europe sera musulmane dans 20 ans. La journaliste relève que les jeunes des communautés musulmanes sont plus en plus radicaux et rejettent les valeurs occidentales, ce qui n’est pas sans inquiéter leurs propres parents. « Il existe des îlots comme Molenbeek où l’on ne se croirait pas en Belgique… » note le journal. 

Arrêtons là le pénible chemin, qui se ramifie et s’insinue sur Internet où foisonnent blogs et sites islamiques. Bienheureux les « multi culturalistes » qui croient à la coexistence de toutes les cultures et à l’enrichissement que procure leur proximité, et non aux facteurs de déséquilibre et de désunion qu’induisent leurs différences, a fortiori quand elles sont profondément hostiles aux autres. Ils se féliciteront ici, aujourd’hui, de voir leurs rêves s’exaucer ! Ils déchanteront demain, quand leur culture d’origine, humaniste, d’ouverture et d’acceptation de l’autre, dont ils ne paraissent pas être fiers aujourd’hui, perdra pied sous la pression des cultures importées qui cherchent résolument à s’imposer et à imposer à leurs pays d’accueil des concepts rétrogrades de société, sans accepter de faire, de leur part, la moindre concession.


*Le Mans, petite ville, industrieuse du temps des Trente Glorieuses, a « sa » communauté musulmane. Celle-ci trouve son origine dans l’arrivée de travailleurs Magrébins. Cette communauté s’est étoffée avec les enfants et petits enfants de ces derniers, l’arrivée récente de musulmans d’origine turque, africaine, asiatique, tchéchène, bosniaque et Kosovare, et les nombreux convertis, ce dont se félicite publiquement l’association « Lumière d’Islam », qui a présenté le 16 septembre dernier son projet de « Centre Cultuel et Culturel » au Mans Métropole. Le Mans n’est ici qu’un exemple. Ici et là, on retrouve cette réalité et des initiatives semblables d’associations musulmanes, aujourd’hui innombrables grâce à la Loi de 1901. Il suffit de visiter quotidiennement la rubrique des créations d’associations du Journal Officiel pour en mesurer l’importance.

Rédigé par Gérard Brazon

Publié dans #Le Nazislamisme

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

marco 22/10/2011 09:31



malheureusement ,les français sont longs a réveiller,il est vrai que les médias s'y entendent pour les endormir,néanmoins je ne peux pas croire que ce peuple de gaulois se laissera faire,un
sursaut se fera sentir quand,mis au pied du mur par les lapidations et autres insanités musulmanes il se trouvera acculé au mur et n'aura d'autre choix que de réagir,le peuple français s'endors
facilement certes,mais il se réveille toujours et rebondit..